Les vêtements connectés pourront se recharger grâce à votre sueur

 

Les vêtements connectés semblent très prometteurs en matière d'autonomie, d'interface et d'ergonomie, mais leur développement commercial demeure souvent confidentiel. Un chercheur de l'université de Binghamton (États-Unis) a créé une biobatterie sous la forme d'un tissu extensible qui fonctionne avec la sueur corporelle. Celle-ci pourrait un jour être incorporée dans des vêtements connectés pour les sportifs.

 

L'un des principaux freins à l'essor de des vêtements connectés tient à l'intégration des composants électroniques indispensables et, surtout, au système d'alimentation. En effet, faire entrer une batterie qui soit à la fois discrète et suffisamment puissante dans un vêtement est une gageure à laquelle personne n'a encore trouvé de formule idéale. Bien entendu, des pistes existent dans les laboratoires du côté des batteries flexibles, certaines s'inspirant de l'origami, cette technique de pliage japonaise. Des recherches ont également cours en ce qui concerne une source d'alimentation pouvant provenir du corps humain, plus précisément de la salive ou de la sueur. En effet, les bactéries contenues dans ces sécrétions peuvent provoquer une réaction redox (oxydoréduction) qui va faire circuler des électrons pour générer de l'électricité.
C'est le principe de la pile à combustible microbienne, sur laquelle travaille notamment Seokheun Choi, un scientifique de l'université de Binghamton (États-Unis). Il a développé une nouvelle biobatterie, cette fois-ci alimentée par la sueur corporelle. Cette batterie est incorporée dans un tissu extensible qui pourrait, à l'avenir, être utilisé pour fabriquer des vêtements connectés à usage sportif. Elle peut délivrer 6,4 microwatts par cm². L'énergie produite est suffisante pour alimenter une LED pendant 20 minutes.
La biobatterie exploite la bactérie ubiquitaire Pseudomonas aeruginosa comme catalyseur. Sa fabrication repose sur une structure inédite pour une batterie dans la mesure où l'anode et la cathode sont placées dans une seule chambre de réaction, sans membrane de séparation. L'anode conductrice et hydrophile se nourrit des bactéries présentes dans la sueur tandis que la cathode à l'état solide utilise de l'oxyde d'argent. Le chercheur indique que cette batterie s'est montrée à la fois stable et durable, malgré des déformations répétées du tissu.
Le design particulier a l'avantage de faciliter grandement la production en série de ce type de biobatterie microbienne, ce qui laisse entrevoir des possibilités de fabrication standardisée pour l'industrie textile. Mais le chemin sera tout de même encore long avant d'en arriver là, notamment parce qu'il va falloir trouver le moyen de progresser au niveau de la puissance délivrée pour pouvoir alimenter les composants électroniques variés qui entrent dans la conception des vêtements connectés.

 
 
 
 
 
 

 
   


































 
 
 
                 

17 janvier 2018
Voici la première main bionique portative dotée du sens du toucher

Une équipe de scientifiques suisses, italiens et allemands, a dévoilé la toute première main bionique dotée du sens du toucher, et suffisamment allégée pour se porter en dehors du laboratoire... Lire la suite

 

15 janvier 2018
Le Wattup Mid Field recharge tous les appareils d'une pièce

Ce chargeur sans fil et surtout sans contact a la capacité de recharger les smartphones dans un rayon de moins d’un mètre. Il peut même recharger d'autres types d'appareils... Lire la suite

 
 

12 janvier 2018
Bezel-free kit fait disparaître les bordures d'un bureau à trois écrans

Asus dévoile une invention très pratique, le Bezel-free Kit. Il s’agit de deux barres embarquant des miroirs/lentilles à placer entre les écrans d’une configuration à trois écrans... Lire la suite

 

12 janvier 2018
La bague Motiv Ring se veut plus discrète qu'un bracelet connecté

La start-up américaine Motiv a développé une bague, sobrement baptisée « Motiv Ring », offrant les mêmes fonctionnalités qu'un bracelet connecté... Lire la suite

 
 

11 janvier 2018
Un seul écran pour regarder un film et jouer à un jeu vidéo en même temps

MirraViz, une start-up américaine, a mis au point un écran qui diffuse des perspectives différentes pour regarder un écran, diffusant ainsi deux contenus différents en même temps... Lire la suite

 

9 janvier 2018
Charging spot 4.0 - Un chargeur à induction pas comme les autres

Powermat innove et dévoile la nouvelle technologie SmartInductive, qui combine tous les avantages du chargement par induction, et les technologies de chargement de longue portée... Lire la suite

 
 

8 janvier 2018
Le premier cargo 100 % électrique est chinois et il navigue déjà

Très impliquée dans l’utilisation d’énergies propres, la Chine vient de dévoiler sa toute dernière innovation dans ce domaine. Le pays a en effet mis au point le premier cargo 100 % électrique... Lire la suite

 

7 janvier 2018
Les vêtements connectés pourront se recharger grâce à votre sueur

Un chercheur de l'université de Binghamton (États-Unis) a créé une biobatterie sous la forme d'un tissu extensible qui fonctionne avec la sueur corporelle... Lire la suite

       

C'était il y a dix ans... L'actualité high-tech en janvier 2008

En janvier 2008, 49% des français avaient Internet, Panasonic dévoilait la première carte SD d'une capacité de 32 Go, Apple présentait le Mac Book Air comme l’ordinateur le plus fin au monde... Lire la suite