Les navettes futuristes Sea Bubble navigueront bientôt sur la Seine

 

Elle ressemble à une bulle montée sur patins et offre quatre places. La Sea Bubble, c’est le dernier projet du navigateur Alain Thébault, le père de l’Hydroptère, co-conçu avec Eric Tabarly. Ce drôle de bateau électrique pourrait bientôt transporter des passagers sur la Seine, la Tamise ou le lac Léman. Les premiers essais du SeaBubble ont eu lieu en mars 2017 dans le sud de la France et s’avèrent très convaincants pour un prototype. Les prochaines versions devraient voir leur design remanié pour aborder des contours futuristes.

 
Sea Bubble est un bateau qui se lève sur des patins, mais qui s’apparente beaucoup plus à un taxi qu'à une Formule 1. "Ce sont mes filles qui ont provoqué le déclic, raconte Alain Thébault. Elles m’ont dit un jour : C’est très bien d’avoir battu le record de vitesse à la voile, mais que pourrais-tu faire pour être utile à la planète."
Frappé par le nombre d’embouteillages dans les rues longeant un fleuve ou un lac, comme à Paris ou à Genève, il imagine un système de transport associant souplesse, silence et confort. Il prend son cahier et commence à faire des croquis.
Ces capsules sont propulsées par un moteur et des batteries électrique (alimentées par panneaux solaires) et ne touchent presque pas l’eau grâce à leur conception inédite. Elles pourront servir de solution de transport écologique à destination des touristes ou des franciliens en quête d’un transport aérien à la demande.
Depuis longtemps convaincu que l’avenir appartient aux bateaux volants, Alain Thébault imagine tout de suite un bateau monté sur des foils (patins) offrant quatre places et capable de sortir de l’eau à faible vitesse. Fort de son expérience, forgée aussi bien sur ses réussites que sur ses échecs, il insiste sur l’importance de commencer par des schémas crayonnés. "J’ai commencé à concevoir seul la Sea Bubble. Il faut d’abord s’appuyer sur du bon sens, je fonctionne comme un paysan de la high-tech. Ce n’est qu’ensuite que je fais appel à des ingénieurs qui vont utiliser leurs ordinateurs".
Son projet Sea Bubble a séduit Henry Seydoux, le patron de Parrot (qui le soutient financièrement) et la Mairie de Paris. Anne Hidalgo souhaite que Paris soit la première ville à disposer de ce tout nouveau type de véhicule fluvial à destination des milieux urbains. Ces drôles de voitures volantes pourraient venir naviguer sur la Seine d’ici 2018 pour désengorger les rues de la capitale. Une vidéo de deux Sea Bubble se croisant au pied de la Tour serait effectivement du plus bel effet. Londres aurait déjà manifesté son intérêt, tout comme Hong Kong.
Naviguer sur des patins présente plusieurs avantages : en réduisant fortement la traînée, la "Bulle" ne crée pas de vagues susceptibles d’abîmer les berges, offre un grand confort aux passagers avec ses mouvements plus doux et a besoin de 30 à 40 % d’énergie en moins à vitesse égale. Ce qui la rend tout à fait apte à une motorisation électrique. Cette partie ne pose pas de difficulté particulière, pas plus que le choix des batteries. Et, pour Alain Thébault, "ce choix d’un moteur électrique permettra aux Sea Bubble d’aller sur des zones protégées."
L’enthousiasme et l’optimisme n’ont pas quitté Alain Thébault. Il se voit vendre au moins 500 Sea Bubble dans le monde. Dans un premier temps, les "Bulles" fonctionneront à la manière des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), avec des prix équivalents. Mais l’objectif est de les rendre totalement automatiques et autonomes.
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

9 novembre 2017
L'assistant robotisé de Sony s'appelle Xperia Hello

Tout comme les assistants de Google, Apple ou Amazon, le Xperia Hello est à l’origine un assistant vocal connecté que l’on peut placer dans un salon... Lire la suite

 

4 novembre 2017
Le premier poids lourd électrique se nomme E-Fuso Vision One

Présenté au salon de Tokyo, le camion E-Fuso Vision One, de Daimler, est le premier poids lourd électrique. Il offre une autonomie de 350 km et peut emporter onze tonnes de charge utile... Lire la suite

   

3 novembre 2017
Ce propulseur à ion rend Mars accessible en 17 jours

Un propulseur à ion développé par la NASA a brisé plusieurs records lors d’une série de phases tests. Les responsables espèrent envoyer les premiers astronautes sur Mars d'ici 20 ans... Lire la suite

 

3 novembre 2017
Le tableau électrique connecté Resi9 se fond dans le décor

Surfant sur le phénomène des maisons connectées, Schneider Electric a su s'adapter en proposant ce tableau électrique au design moderne et esthétique, s'intégrant parfaitement dans votre habitation... Lire la suite

   

1er novembre 2017
La lampe Mobiya de Schneider Electric recharge vos appareils

Schneider Electric, spécialiste mondial de la gestion de l’énergie et des automatismes, commercialise sa lampe solaire Mobiya depuis quelques mois en France... Lire la suite

 

31 octobre 2017
Le robot Forpheus est entraîneur de tennis de table

Forpheus est un robot joueur de tennis de table un peu particulier : il cumule le rôle de partenaire et celui de coach... Lire la suite

   

31 octobre 2017
Les voitures autonomes pourront voir dans les angles morts

Développé au MIT, un système subtil d'analyse d'image détecte des personnes et des objets en mouvement dans des angles morts en observant leurs ombres... Lire la suite

 

30 octobre 2017
Les battements du coeur remplaceront les mots de passe

Le développement de ce système baptisé Cardiac Scan a nécessité trois années de travail. La numérisation détecte la géométrie, la forme et la taille du cœur d'une personne pour l'identifier... Lire la suite