Les navettes futuristes Sea Bubble navigueront bientôt sur la Seine

 

Elle ressemble à une bulle montée sur patins et offre quatre places. La Sea Bubble, c’est le dernier projet du navigateur Alain Thébault, le père de l’Hydroptère, co-conçu avec Eric Tabarly. Ce drôle de bateau électrique pourrait bientôt transporter des passagers sur la Seine, la Tamise ou le lac Léman. Les premiers essais du SeaBubble ont eu lieu en mars 2017 dans le sud de la France et s’avèrent très convaincants pour un prototype. Les prochaines versions devraient voir leur design remanié pour aborder des contours futuristes.

 
Sea Bubble est un bateau qui se lève sur des patins, mais qui s’apparente beaucoup plus à un taxi qu'à une Formule 1. "Ce sont mes filles qui ont provoqué le déclic, raconte Alain Thébault. Elles m’ont dit un jour : C’est très bien d’avoir battu le record de vitesse à la voile, mais que pourrais-tu faire pour être utile à la planète."
Frappé par le nombre d’embouteillages dans les rues longeant un fleuve ou un lac, comme à Paris ou à Genève, il imagine un système de transport associant souplesse, silence et confort. Il prend son cahier et commence à faire des croquis.
Ces capsules sont propulsées par un moteur et des batteries électrique (alimentées par panneaux solaires) et ne touchent presque pas l’eau grâce à leur conception inédite. Elles pourront servir de solution de transport écologique à destination des touristes ou des franciliens en quête d’un transport aérien à la demande.
Depuis longtemps convaincu que l’avenir appartient aux bateaux volants, Alain Thébault imagine tout de suite un bateau monté sur des foils (patins) offrant quatre places et capable de sortir de l’eau à faible vitesse. Fort de son expérience, forgée aussi bien sur ses réussites que sur ses échecs, il insiste sur l’importance de commencer par des schémas crayonnés. "J’ai commencé à concevoir seul la Sea Bubble. Il faut d’abord s’appuyer sur du bon sens, je fonctionne comme un paysan de la high-tech. Ce n’est qu’ensuite que je fais appel à des ingénieurs qui vont utiliser leurs ordinateurs".
Son projet Sea Bubble a séduit Henry Seydoux, le patron de Parrot (qui le soutient financièrement) et la Mairie de Paris. Anne Hidalgo souhaite que Paris soit la première ville à disposer de ce tout nouveau type de véhicule fluvial à destination des milieux urbains. Ces drôles de voitures volantes pourraient venir naviguer sur la Seine d’ici 2018 pour désengorger les rues de la capitale. Une vidéo de deux Sea Bubble se croisant au pied de la Tour serait effectivement du plus bel effet. Londres aurait déjà manifesté son intérêt, tout comme Hong Kong.
Naviguer sur des patins présente plusieurs avantages : en réduisant fortement la traînée, la "Bulle" ne crée pas de vagues susceptibles d’abîmer les berges, offre un grand confort aux passagers avec ses mouvements plus doux et a besoin de 30 à 40 % d’énergie en moins à vitesse égale. Ce qui la rend tout à fait apte à une motorisation électrique. Cette partie ne pose pas de difficulté particulière, pas plus que le choix des batteries. Et, pour Alain Thébault, "ce choix d’un moteur électrique permettra aux Sea Bubble d’aller sur des zones protégées."
L’enthousiasme et l’optimisme n’ont pas quitté Alain Thébault. Il se voit vendre au moins 500 Sea Bubble dans le monde. Dans un premier temps, les "Bulles" fonctionneront à la manière des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), avec des prix équivalents. Mais l’objectif est de les rendre totalement automatiques et autonomes.
 
 
 
 
 

 
 
 
 

 
   


































 
 
 

Ce robot nettoie la cuvette des toilettes à votre place

Ce robot nettoie automatiquement les toilettes grâce à un système alimenté par une batterie rechargeable. Plus besoin de se salir les mains, il fait tout le sale boulot à votre place... Lire la suite

 

Il est impossible de différencier cette voix artificielle d'une voix humaine

Grâce à son système Tacotron 2, Google aurait réussi à générer un flux audio au résultat si naturel qu’il ne pourrait être distingué de celui produit par une voix humaine... Lire la suite

 
 

La Vendée teste un marquage au sol dynamique dotée d'un éclairage à Led

La commune de Montréverd teste une portion de route « intelligente » nommée Flowell. Dotée d'un système d'éclairage à Led, elle permet de modifier le marquage au sol de façon dynamique... Lire la suite

 

Le guidon connecté Wink est nantais et récompensé aux Etats-Unis

Utiliser le GPS de son smartphone pour trouver son chemin, c’est pratique, sauf quand on est à vélo. Voilà pourquoi la start-up Velco a conçu Wink, un guidon connecté au service des cyclistes... Lire la suite

 
 

Ce système rend transparente la voiture qui vous précède

Valeo a présenté sa technologie baptisée Xtravue qui permet d'effacer les autres voitures qui circulent devant vous. Le conducteur peut ainsi anticiper les dangers de la route... Lire la suite

 

La citadine électrique de Valeo coûte seulement 7500 euros

L'équipementier français Valeo a profité du CES 2018 (Consumer Electronics Show) à Las Vegas pour présenter un prototype de citadine électrique biplace dotée d'une autonomie de 100 km... Lire la suite

 
 

Voici la première main bionique portative dotée du sens du toucher

Une équipe de scientifiques suisses, italiens et allemands, a dévoilé la toute première main bionique dotée du sens du toucher, et suffisamment allégée pour se porter en dehors du laboratoire... Lire la suite

 

Le Wattup Mid Field recharge tous les appareils d'une pièce

Ce chargeur sans fil et surtout sans contact a la capacité de recharger les smartphones dans un rayon de moins d’un mètre. Il peut même recharger d'autres types d'appareils... Lire la suite