E-vigilante, un robot qui traque les voleurs
 
La start-up française EOS a mis au point un robot dédié à la surveillance des sites industriels tels que les hangars et les entrepôts. Baptisé E-vigilante, ce robot s'apprête à révolutionner le monde de la sécurité. Les voleurs n'ont qu'à bien se tenir ! E-vigilante peut mener sa ronde et signaler à un centre de sécurité toute anomalie.
 
E-vigilante est un robot très discret qui ressemble plus à un aspirateur qu'à Robocop. Il sort de sa base de recharge à une heure prédéfinie et commence sa ronde pour se promener de façon totalement autonome dans les locaux. Il est capable de signaler un début d'incendie, une fuite d'eau ou une intrusion suspecte. Sur ce dernier point, E-vigilante est particulièrement efficace puisqu'il sait différencier une réelle intrusion et le passage d'un rongeur. Quand il détecte un mouvement, il prévient un opérateur qui peut prendre le contrôle du robot grâce à une télécommande. A l'aide de la caméra embarquée, l'opérateur peut ainsi vérifier si l'alerte est justifiée.
E-vigilante peut également émettre une alarme bruyante et des flash aveuglants pour effrayer les intrus. Il peut aussi communiquer via des hauts-parleurs. En janvier 2013, EOS Innovation a reçu un financement de 200000 € de la part du fonds d’investissement Scientipôle Capital, un coup de pouce bienvenu pour accélérer le développement de l'E-Vigilante. Mais la robotique peine à convaincre les investisseurs. Il est moins risqué pour eux de soutenir des projets dans le numérique, que des projets de robots, longs et complexes à mettre au point. Dans la plupart des cas, l’entreprise ne dégage pas de chiffre d'affaires pendant la période de développement du produit. Il est donc plus difficile de trouver des investisseurs.
L’annonce du plan Montebourg de soutien à la filière robotique est donc tout particulièrement bien accueilli par la start-up d’Orsay : « D’une part, il y a l’effet d’annonce. C’est très intéressant pour nous que l’on parle de notre secteur et que la robotique soit enfin perçue comme un marché d’avenir. En outre, la création d’un fonds sectoriel dédié à la robotique, qui parle la même langue que nous, est une excellente chose. Dans la robotique, comme dans tous les secteurs développant des produits, les aides et les financements sont le nerf de la guerre pour accélérer le dévelop- pement de l'entreprise. » affirment David Lemaitre et Grégory Lebourdais, les fondateurs d'EOS Innovation.

Après un premier test chez Renault, EOS Innovation a déployé son robot de surveillance E-Vigilante dans un entrepôt Casino. La start-up espère lancer la fabrication d’une première série, avant une commercialisation en 2014.