Voici la première main bionique portative dotée du sens du toucher

 

À Rome, une équipe de scientifiques suisses, italiens et allemands, a dévoilé la toute première main bionique dotée du sens du toucher, et suffisamment allégée pour se porter en dehors du laboratoire. Une formidable prouesse technologique qui signe une avancée majeure pour la neuroprosthétique. Mais le chemin à parcourir pour aboutir à une prothèse robotique plus perfectionnée que la main humaine est encore long.

 

Les chercheurs européens à l’origine de ce coup d’éclat médical n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Dès 2014, ils mettent au point une main bionique capable de faire ressentir à son utilisateur la sensation du toucher. Mais l’équipement technologique et les capteurs sensoriels auxquels était rattachée la prothèse étaient bien trop volumineux pour espérer pourvoir la tester hors labo.
Au terme de trois années de dur labeur, les ingénieurs, les neuroscientifiques, les spécialistes en robotique, les spécialistes en électronique et les chirurgiens sont parvenus à miniaturiser au maximum la technologie embarquée de la prothèse, au point de la faire tenir dans un sac à dos ! La prothèse peut désormais sortir de son unité de confinement et profiter à un patient accidenté, privé de sa main gauche. C’est sur Almerina Mascarello que s’est porté le choix de l’équipe.
« C’est presque comme si elle était revenue », a déclaré la receveuse de cette main tout droit sortie d’un film de S-F. Entièrement imprimée en 3D, la prothèse « voit et saisit » automatiquement les objets qui se dressent sur son chemin. Grâce à ses nombreux capteurs sensitifs, elle est capable de déterminer si tel objet est plutôt dur ou plutôt mou. Pour s’en persuader, l’équipe fit passer un test à Almerina : les yeux bandés, elle devait discerner les objets solides des objets malléables. Le résultat est un sans-faute pour l’utilisatrice de cette main hors du commun.
Lorsque la prothèse rencontre un objet, ses capteurs sensitifs transmettent l’information sous formes de messages à l’ordinateur logé dans le sac à dos. Celui-ci convertit alors ces signaux en un langage que le cerveau est en mesure de déchiffrer, et les envoit au cerveau d’Almerina par le biais de minuscules électrodes, implantées dans toute la partie supérieure de son bras. C’est cette interface entre la machine et le corps humain qui représente une extraordinaire avancée pour la neuroprosthétique, la science des neuroprothèses.
Un tour de force qui encourage les chercheurs à pousser plus avant leurs travaux comme le confirme le professeur Silvestro Micera, neuro-ingénieur à l’EPFL de Lausanne : « Nous nous rapprochons inexorablement des films de science-fiction, comme la main de Luke Skywalker dans Star Wars : une prothèse sensorielle entièrement contrôlable et entièrement naturelle qui serait identique à une main humaine. »
L’équipe à l'origine de la main bionique portative espère bien pouvoir un jour commercialiser une prothèse semblable à leur prototype unique au monde. Et le professeur Paolo Rossini de conclure : « Une fois que vous pouvez contrôler une prothèse robotique avec votre cerveau, vous pouvez imaginer en créer une autre qui permettrait des mouvements plus complexes qu’une main avec cinq doigts. »

 
 
 
 

 
 
 
 
 
   


 
 
 
L'actualité des nouvelles technologies


 
21 avril 2019
L'enseigne Franprix teste un robot-caddy autonome


 
19 avril 2019
Dix exemplaires de robots Spotmini tractent un poids lourd


17 avril 2019
La caméra infrarouge se démocratise sur les drones

15 avril 2019
L'intelligence artificielle assiste ce vélo électrique

 
14 avril 2019
Dans quel sens vont se déplier les smartphones pliables?